Archéologie – Géologie

Grâce à plusieurs donateurs, cette section du Musée, située au sous-sol, intéressera les visiteurs férus de préhistoire et de minéraux.

Salle Quentin Ormezzano (1854 -1912)
Dès son plus jeune âge, cet entrepreneur, passionné de botanique, entomologie, archéologie, préhistoire a enrichi les collections par un très bel herbier (transféré au Musée d’Autun où il a été restauré), des insectes et coléoptères, des objets préhistoriques, des fossiles, des vestiges gallo-romains, des minéraux de diverses origines, des fossiles d’ammonites et bélemnites (céphalopodes du Jurassique et du Crétacé apparentés aux sèches actuelles), ainsi que des fougères et des poissons sur des schistes houillers.
Cette salle présente aussi des vestiges du Moustérien (300 000 à 35 000 avant J.C) ; du Solutréen (20 000 à 15 000 ans avant J.C). En bref, un matériel lithique très varié composé de nombreuses pièces : grattoirs et racloirs, nucléus, lames, armes ; à signaler une intéressante pagaie en bois. De l’antiquité gallo-romaine, nous ne présentons qu’une amphore. Cette section du Musée est en cours de réorganisation.
Les vitrines minéralogiques ont été créées grâce aux dons de Victor Fourcaud : pierres du Brionnais, entre autres quartz et brèche, et de Georges Déclas. Et les vitrines archéologiques grâce aux dons de Marcel Perrot et Paul Perrève.
Salle Paul Henry
(originaire de Genève, a permis par sa donation de restaurer ce lieu en 1975).
Le plan de Marcigny et la maquette installés ici permettent de fixer les repères historiques et topographiques.
La meule n’est pas celle d’origine. Elle était actionnée par un mécanisme horizontal, activé lui-même par l’eau de l’étang qui se trouvait à l’emplacement du parking actuel. Cet étang, alimenté par le Gruzelier venant du bois de l’Enfer près de Semur, était vidé deux fois par semaine pour faire fonctionner le moulin.
Cette salle comprend également un grand nombre de vestiges lapidaires (chapiteaux, modillons, corbeaux) provenant de l'ancien prieuré, d'anciens bâtiments ou d'édifices religieux de la ville et de la région. On peut notamment voir dans l'embrasure Nord, une vierge polychrome du XIVème siècle et dans l'embrasure Sud de la pièce, un Saint Nicolas du XVème siècle. Saint Nicolas était très populaire au Moyen-Age. Il aurait selon la légende ressuscité 3 enfants qu'un boucher avait tués et cachés dans un saloir. Saint patron des bouchers, des épiciers, il est souvent représenté avec 3 enfants sortant d'une cuve. Il est également le saint patron des mariniers.
X