Regards sur l’architecture méconnue du Portugal

par Jean-François Grange-Chavanis, Architecte en chef des monuments historiques – Conférence du 20 juillet 2021

Jean – François Grange Chavanis connaît bien le Portugal et son architecture pour y être allé fréquemment comme touriste, mais aussi en qualité d’architecte. Il a piloté la restauration intérieure de l’église Saint – Louis – des Français de Lisbonne.

Le conférencier présente tout d’abord le Portugal et ses différentes régions. Il rappelle que c’est un pays relativement petit : presque un rectangle de 150 km de large au maximum sur 800 km de long.

Il parcourt ensuite l’histoire. Les Romains ont été présents, mais il subsiste peu de traces de leur présence, si ce n’est le temple romain d’Évora. De l’ère musulmane (5 siècles) qui se termine en 1269, il ne reste que peu de choses matérielles (le donjon de Mértola), mais cette période a marqué l’esprit de l’architecture. L’architecture romane suivit la période de la reconquête. Le monastère de Batalha en est un chef – d’œuvre.

L’église du monastère d’Alcobaça est un magnifique exemple de l’art gothique introduit au Portugal par l’ordre de Cîteaux.

Mais c’est le style manuélin, nom donné au style de la plupart des monuments construits sous le règne du roi Manuel 1er (1495 – 1521) ou dans les décennies qui suivirent qui marque l’originalité de l’architecture. Il combine des aspects du gothique tardif, avec des inspirations de la Renaissance italienne, flamande, bourguignonne, espagnole et islamique. La décoration comporte fréquemment des motifs naturalistes typiques de l’époque des grandes découvertes. La période suivante fut marquée par l’influence espagnole durant la période de la réunion du pays avec l’Espagne qui suivit la mort du roi Sébastien Ier en 1578.

Le séisme du 1er novembre 1755 à Lisbonne
Le tremblement de terre de Lisbonne en 1755, suivi d’un raz – de – marée et d’incendies, détruisit en grande partie la ville , qui fut reconstruite selon un urbanisme géométrique et rationnel, dans un style dépouillé avec une approche néo – classique.

L’église Saint-Louis – des Français de Lisbonne
L’église est fondée par des marchands français et grâce à un don du roi de France. Elle est inaugurée en 1572. Le tremblement de terre la détruit presque entièrement et un don de Louis XV permet sa reconstruction. J.F. Grange – Chavanis montre la rénovation des décors intérieurs qu’il a pilotée afin que l’église retrouve ses couleurs et décors d’antan.

Le conférencier termine son exposé en montrant des exemples de réalisations contemporaines.

Roseline Fricaudet ponctue la conférence par la lecture de trois textes, deux de grands poètes portugais et un de Voltaire : le premier est un sonnet d ’amour du poète de la Renaissance Luís Vaz de Camões, dit « le Camoëns » (1525 – 1580 ).

Le second est extrait de Candide de Voltaire et évoque le tremblement de terre : « … À peine ont-ils mis le pied dans la ville, en pleurant la mort de leur bienfaiteur, qu’ils sentent la terre trembler sous leurs pas ; la mer s’élève en bouillonnant dans le port, et brise les vaisseaux qui sont à l’ancre. Des tourbillons de flammes et de cendres couvrent les rues et les places publiques ; les maisons s’écroulent, les toits sont renversés sur les fondements, et les fondements se dispersent ; trente mille habitants de tout âge et de tout sexe sont écrasés sous des ruines .. . »

Le troisième est de Fernando Pessoa, écrivain et poète portugais (1888 – 1935) : « Lisbonne avec ses maisons multicolores»

X